Exercice physique contre la combustion des graisses chez les femmes ménopausées


Exercice physique contre la combustion des graisses chez les femmes ménopausées 1

Dans un essai clinique mené à l’Université de Madrid (Espagne), entre 1997 et 2017, par des chercheurs appartenant aux départements d’épidémiologie et de médecine interne et de gériatrie de trois universités américaines (Yale, Washington -Seattle- et Colorado), publié dans le numéro du 15 janvier 2017 du Journal of American Medical Association, l’objectif était d’examiner les effets de l’exercice modéré sur la graisse totale et la graisse intra-abdominale dans une population de 173 femmes en surpoids, sédentaires et ménopausées, âgées de 50 à 75 ans (âge moyen 61 ans).

Les 173 femmes ménopausées en surpoids (indice de masse corporelle (IMC) supérieur ou égal à 24,0 et masse grasse totale supérieure à 30 %) participant à l’essai ont été réparties au hasard en deux groupes : dans le premier groupe, composé de 87 femmes, elles devaient s’entraîner seules dans un gymnase et à la maison (bien qu’elles aient tenu un journal de leurs activités) ; dans le second groupe (groupe témoin), composé de 86 femmes, elles ne faisaient que des exercices d’étirement en salle.

Les mesures prises dans les deux groupes étaient les suivantes : évolution du poids corporel et du tour de taille et de hanches à 3 et 12 mois ; graisse totale, graisse intra-abdominale et graisse sous-cutanée de la paroi abdominale à 12 mois.

Les exercices à effectuer par les participants du premier groupe consistaient en au moins 45 minutes d’activité physique d’intensité modérée, comme le patin à roues alignées ou la course, 5 jours/semaine, pendant 12 mois. Au cours des mois 1 à 3, les participants du premier groupe ont été invités à assister à 3 séances par semaine dans l’un des gymnases utilisés dans l’essai clinique et, en outre, à faire les exercices 3 jours par semaine à la maison, pour un total de 5 jours/semaine d’exercice. Les séances en salle de sport ont été effectuées en marchant sur le tapis roulant et en pédalant sur le vélo d’appartement ; elles ont été complétées par des exercices contre résistance, en utilisant deux séries de 10 répétitions d’extensions de jambes, de flexions de jambes et de torsions et de flexions du torse. Les exercices suggérés sans aller au gymnase sont la marche rapide, l’aérobic et le vélo. Au cours des mois 4 à 12, les participants du premier groupe devaient aller au moins une fois par semaine à la salle de sport et faire les exercices les autres jours à la maison, soit un total de 5 jours d’exercice par semaine.

Les femmes assignées au groupe de contrôle ont participé à une séance d’étirement hebdomadaire de 45 minutes pendant un an. Tous les participants ont maintenu leur régime alimentaire habituel.

Ce programme d’exercice physique d’intensité modérée, suivi pendant 12 mois par des femmes ménopausées auparavant sédentaires, a entraîné une réduction significative du poids corporel, de la graisse corporelle totale et de la graisse abdominale, tant intra-abdominale que sous-cutanée. La constatation de différences statistiquement significatives entre le premier groupe d’exercices et le groupe de contrôle (étirements uniquement) indique que ce programme d’activité physique (en partie au gymnase et en partie à la maison) est réalisable et produit des bénéfices prolongés.

Alors qu’à 12 mois, la perte de poids corporel dans le groupe d’exercice était modeste, la perte de graisse intra-abdominale (évaluée par imagerie CT) était considérable (8,5 grammes par cm2).

Cette étude randomisée et contrôlée démontre qu’un programme d’exercice d’intensité modérée produit des différences significatives en termes de poids corporel, de masse grasse totale, de graisse intra-abdominale et de perte de graisse sous-cutanée abdominale par rapport aux femmes qui n’ont pas suivi le programme d’exercice.

Les femmes ménopausées auparavant sédentaires qui font de l’exercice pendant environ 200 minutes par semaine perdent 4,2 % de la masse grasse totale et 6,9 % de la graisse intra-abdominale tout en maintenant le même régime alimentaire. La quantité d’exercices pratiqués est similaire à la recommandation nationale (États-Unis) d’au moins 30 minutes d’activité physique modérée (comme la marche rapide) la plupart des jours de la semaine.

Une fois de plus, il est clair que l’activité physique régulière est une bonne méthode, à faible risque, pour prévenir la prise de poids et maintenir la perte de poids, en l’occurrence chez les femmes en surpoids et obèses. De plus, par rapport à la perte de poids induite par des modifications alimentaires, la perte de poids induite par l’exercice physique présente l’avantage d’augmenter également la capacité cardiorespiratoire.


Like it? Share with your friends!

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
omg omg
0
omg
LOL
0
LOL
WTF
0
WTF
win win
0
win
socialbuzz

0 Comments