Tech

OLED vs AMOLED: Quelles sont les différences?

Lorsque nous parlons de technologies d’écran pour les appareils mobiles tels que les smartphones, les tablettes ou les montres intelligentes, il existe maintenant des termes, ou plutôt des acronymes, récurrents tels que AMOLED, Super AMOLED, TFT, IPS et ainsi de suite. Cependant, deux dispositifs en particulier, LG V30 pour l’univers Android et iPhone 8/iPhone X pour iOS, ont mis en avant le terme OLED. Mais pourquoi une entreprise comme LG, et probablement Apple à partir du 12 septembre, se vanterait-elle d’avoir des OLED à bord? Quelles sont les différences entre OLED et AMOLED? Comprenons-le ensemble!

Écrans OLED (LG V30, iPhone X?)

Commençons par la signification de l’acronyme OLED, ou Diode électroluminescente organique, qui peut se traduire par diode électroluminescente organique. Contrairement aux écrans LCD (affichage à cristaux liquides) qui nécessitent une source de lumière ou un miroir derrière l’écran pour réfléchir la lumière ambiante, les écrans OLED ont la capacité d’émettre leur propre lumière. Des matériaux organiques électroluminescents sont utilisés, c’est-à-dire des matériaux qui ont la capacité d’émettre de la lumière sous l’action d’un champ électrique (c’est-à-dire lorsqu’ils sont traversés par un courant électrique). Par exemple, un polymère conducteur similaire au plastique peut être utilisé, d’où l’acronyme POLED (Plastic OLED).

Il n’ y a donc pas besoin de composants supplémentaires (comme des miroirs ou un rétroéclairage), ce qui permet de créer des écrans plus fins, pliables (ou roulants) et donc moins gourmands en énergie. Une technologie donc parfaitement adaptée à l’environnement mobile.

Pour en revenir à nous, chaque point d’image se compose essentiellement de 3 ” micro-écrans ” côte à côte, un pour la lumière rouge, un pour la lumière verte et enfin un pour la lumière bleue. A partir de la distance, les 3 microfiltres apparaissent comme un seul point, et en variant l’intensité lumineuse des 3 couleurs, des millions de couleurs peuvent être obtenues. Ces microécrans sont appelés sous-pixels, et un ensemble de sous-pixels composent un pixel. Les noirs OLED (et AMOLED) sont plus intenses parce qu’en fait les pixels sont “éteints”. Par conséquent, le contraste de l’image est plus élevé qu’avec un écran LCD.

Les avantages de l’utilisation d’une telle technologie sont inhérents à la même description que celle que nous vous avons donnée, mais quels en sont les inconvénients? Il était une fois l’une des limitations devait être trouvée dans les coûts de production plus élevés que ceux prévus pour les écrans LCD, mais on peut dire que la dynamique, compte tenu de la demande du marché, a changé ces dernières années. En théorie, l’utilisation de matériaux organiques réduit leur durée de vie par rapport à d’autres technologies, bien sûr. Il y a un autre problème: les “microfiltres” rouges et verts ont une durée de vie plus longue que les bleus, ce qui signifie qu’après plusieurs heures d’utilisation, il y aura un équilibre des couleurs toujours moins fidèle.

Écrans AMOLED (Samsung)

Dans ce cas également, nous commençons par l’acronyme: AMOLED, ou Diodes électroluminescentes organiques à matrice active, qui peuvent être traduites en diodes électroluminescentes organiques à matrice active. La présence de la matrice dite active permet à AMOLED d’afficher une évolution des OLED les plus classiques. En plus de la couche de diodes électroluminescentes organiques, nous trouvons également une couche fabriquée avec la technologie TFT (Thin-Film Transistor), qui joint deux transistors très minces à chaque pixel de l’écran. Les transistors agissent comme des “commutateurs” pour contrôler le flux de courant de chaque pixel. Les écrans AMOLED ont une fréquence de mise à jour plus élevée que les modèles matriciels passifs et une consommation d’énergie plus faible, ce qui n’est pas seulement une considération étant donné que nous parlons d’écrans mobiles.

Lorsque l’on parle d’écrans AMOLED, il est également obligatoire de mentionner le Samsung Super AMOLED, qui offrent sur le papier une plus grande luminosité, moins de consommation, de meilleures performances sous la lumière directe du soleil. Pour obtenir ces résultats, les écrans Super AMOLED sont réalisés sur la matrice PenTile. Les choses se compliquent un peu ici, mais nous voyons de la clarté. Revenons au sous-pixel que nous avons mentionné dans le paragraphe précédent. Dans une matrice pentile, les sous-pixels, c’est-à-dire l’ensemble des microfiltres qui composent le pixel, sont disposés en quincunx, pour être compris comme le nombre cinq sur la face d’un dé: deux sous-pixels rouges, deux verts et un bleu au centre. L’utilisation de cet arrangement permet d’avoir moins de sous-pixels qu’un affichage traditionnel, réduisant ainsi la consommation.

La matrice AMOLED PenTile, observée au microscope, semble en fait être constituée de quincunx. Cependant, l’arrangement est légèrement différent de celui que nous venons de décrire: il s’agit d’un RGBG (Red Green Green Blue Green), chaque pixel est composé d’une paire de sous-pixels, d’un Red-Green (RG) et d’un Blue-Green (BG).

Nous avons énuméré tant de vertus, mais il y a aussi un problème bien connu: le burn-in. La combustion est causée par une combinaison de facteurs, tels que les températures élevées (causées peut-être par l’utilisation continue de l’appareil à haute luminosité), la détérioration des matériaux organiques utilisés et aussi la durée de vie inférieure des sous-pixels bleus par rapport aux pixels rouges et verts. L’effet se voit aussi dans l’image que nous venons de proposer. Les sections d’interface telles que la barre de notification supérieure peuvent rester imprimées à l’écran.

OLED vs AMOLED: Quelles sont les différences?

Par rapport à ce qui a été dit au début, c’est-à-dire qu’Apple et LG vont utiliser ou effectivement utiliser des écrans OLED au lieu d’AMOLED, et par rapport à ce qui a été dit dans les deux paragraphes précédents, peut-être que la question “quelles sont les différences entre OLED et AMOLED” n’est pas la plus pertinente. Les différences ont été bien mises en évidence, étant donné la présence de matrices actives et la disposition différente des sous-pixels dans les AMOLEDs. La bonne question serait:”Pourquoi Apple et LG utilisent-ils une technologie moins avancée que Samsung?“.

La réponse est la suivante: parce qu’ils n’utilisent pas en fait une technologie moins avancée. Les écrans OLED d’Apple sont produits par Samsung, et la plupart utiliseront une configuration différente de sous-pixels (PenTile est une marque de commerce de Samsung), mais ils utiliseront toujours une matrice active et comme le confirme cette image de Display Mate utiliser une matrice PenTile. Il en va de même pour la LG V30, qui utilise en fait un AMOLED qui sur le papier peut même être plus haut que les écrans récemment utilisés par Samsung. Fondamentalement, ce qui peut changer sont les choix dans le processus de construction et, surtout, comment l’affichage est géré au niveau du logiciel par l’appareil.

Si vous voulez aller plus en détail, les collègues de l’Android Authority ont effectué des tests assez intéressants comparant l’affichage de la V30 LG avec celui de Galaxy S8, Google Pixel XL et LG G6. En fait, des noms comme AMOLED et Super AMOLED sont plus étroitement liés à la marque Samsung, et avec de bonnes probabilités les marques comme LG et Apple veulent simplement se démarquer de la concurrence.

Une autre question peut se poser spontanément. Si l’iPhone X utilise des écrans AMOLED, souffrira-t-il donc de burn-in? La réponse est oui, mais Apple passe théoriquement au niveau logiciel pour éviter le problème. Dans les chaînes de code d’iOS 11 il y a des références spécifiques à graver, comme on peut aussi le voir dans cette capture d’écran rapportée par les collègues de 9to5Mac. On parle d’atténuation du burn-in, probablement un dispositif qui sera activé automatiquement lorsque le système détectera une image statique sur l’écran pendant un certain temps dépassant un certain seuil.

Télévision OLED vs Téléphone intelligent OLED

Avant d’expliquer les différences entre les panneaux OLED dédiés aux téléviseurs et aux smartphones, il peut également être intéressant de voir comment les différents fabricants produisent ces panneaux OLED. Comme nous l’avons déjà mentionné, chaque pixel est composé de plusieurs sous-pixels, mais ce n’est pas seulement la disposition des sous-pixels qui varie d’un fabricant à l’autre. Par exemple, Samsung pour ses smartphones (les QLED sont toujours différents) utilise des matériaux OLED rouges, bleus et verts pour créer les différents sous-pixels. LG pour ses panneaux OLED fonctionne différemment. Un véritable sandwich RVB est créé pour créer une lumière blanche. La lumière blanche passe à travers des filtres de couleur pour créer du rouge, vert, vert, bleu ou même blanc.

Une complication inutile, vous allez dire: pas vraiment. De ce qui a été rapporté par CNET, dont les collègues ont eu l’occasion de traiter avec des experts des panneaux OLED, cet expédient permet de minimiser le vieillissement plus rapide du matériau OLED bleu, qui ruine précisément plus rapidement que les autres couleurs, allant éliminer un des talons d’Achille de cette technologie. En faisant des sandwichs, chaque sous-pixel vieillit de la même manière.

Venons-en aux différences entre les panneaux TV et les smartphones. La différence réside encore une fois dans la disposition des sous-pixels! OLED est une technologie émissive, c’est-à-dire composée de matériaux qui ont la capacité d’émettre de la lumière (comme déjà spécifié au début). Cela signifie qu’en réduisant la taille de l’écran, dans les mêmes conditions, de moins en moins de lumière sera émise. On y remédie ensuite en augmentant l’action du champ électrique (simplifiant la chose), mais des problèmes surgissent du fait de l’autonomie (étant donné qu’on utilise plus d’énergie), de la surchauffe, etc. La solution est d’utiliser la matrice PenTile pour disposer les sous-pixels, en partageant les sous-pixels rouges et bleus entre plusieurs pixels (afin de réduire l’énergie nécessaire en compensant avec l’énergie supplémentaire requise par la taille plus petite de l’écran), mais pas les verts auxquels l’œil humain est plus sensible. Fondamentalement, dans un écran PenTile avec une résolution de 2 560 x 1 440 pixels, il y aura 3 686 400 sous-pixels verts, 1 843 200 sous-pixels bleus et 1 843 200 sous-pixels rouges.

Comme mentionné plus haut, c’est la solution adoptée sur les AMOLED sur iPhone X, mais il existe également d’autres dispositions pour les sous-pixels. Alors, alors? Qu’est-ce qui change avec la télévision? Il n’ y a tout simplement aucun problème d’espace, encore moins de lumière émise. Vous pouvez alors disposer les sous-pixels différemment, en évitant d’économiser sur les sous-pixels rouges et verts.